• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Un nouveau modèle d’étude pour la cancérologie humaine ?

Comprendre le développement de cancers chez l'animal comparables à ceux existant chez l'homme offre de nouvelles pistes de recherche et de traitement pour ces maladies

. © Inra, IVPC
Mis à jour le 20/03/2018
Publié le 12/03/2018

Une étude de pathologie comparée homme-animal montre à nouveau l'intérêt des modèles animaux pour la médecine humaine, notamment dans le cas des maladies rares :

chez les moutons, il existe un cancer du poumon, naturellement induit lors d’une infection par un virus (rétrovirus JSRV). Chez l’homme, un cancer du poumon comparable est observé mais sans que l’on en connaisse l’élément déclencheur. En effet, ce cancer rare (seulement quelques cas par an en France) n'est pas lié au tabagisme contrairement à la forme plus classique.

Dans le développement des cancers, de nouveaux vaisseaux se mettent en place pour apporter les nutriments nécessaires à la multiplication des cellules au sein de la tumeur. Ce mécanisme appelé angiogenèse est une étape importante de l'évolution de la maladie, notamment de l'extension du cancer en dehors de l'organe initialement atteint, ou processus métastatique. Cette extension n'est pas observée dans le cancer du poumon chez le mouton ou dans la forme analogue chez l'homme.

Récemment, des chercheurs du Centre ARA ont pu montrer chez le mouton et chez l'homme que la voie moléculaire impliquée dans le processus d'angiogenèse dans ce cancer était bloquée, expliquant l'absence d'extension du cancer en dehors du poumon. Ces résultats permettent de comprendre le développement du cancer chez l'animal mais également les cancers rares chez l'homme, et offrent de nouvelles pistes de recherche et de traitement pour ces maladies.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale

Référence bibliographique