• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La rose, une très longue histoire dans la région ARA

Quatre magnifiques documentaires très intéressants sur la rose sont en ligne sur le site de France culture. Dans l’épisode 3 interviennent des chercheurs de L’UMR RDP de Lyon (Unité Mixte de Recherches INRA/ENS/CNRS/UCBL), dont l'une des thématiques de recherche est centrée la biologie de la rose et du rosier.

L’origine du parfum de thé dévoilée chez les roses. © © Inra
Mis à jour le 06/01/2017
Publié le 06/01/2017

La rose, par la beauté et la diversité de formes de ses fleurs, leur couleur et leur parfum, a acquis au fil du temps une valeur symbolique inégalée de portée universelle. Elle est également la fleur la plus vendue au monde et est utilisée principalement comme fleur de jardin, pour son parfum et pour la fleur coupée. 

Après avoir évolué en parallèle jusqu’au 19ème siècle, les variétés chinoises de rosiers et les variétés méditerranéennes ont été croisées pour  former les variétés modernes. Plusieurs obtenteurs de rosier de notre région sont mondialement connus (Delbard, Meilland, Guillot, Laperière, Orard… ) et ont participé à la création et à la richesse en variétés de roses modernes au niveau mondial. Il faut citer à ce titre que le premier rosier hybride de thé « La France » a été obtenue à Lyon en 1867 par Jean-Baptiste André Guillot.  Ces variétés modernes  sont un mélange qui combine les caractères floraux de leurs ancêtres de Chine (remontée de floraison, parfum, …) et de vigueur de leurs ancêtres d’Europe.

Comment se forment les fleurs chez le rosier? Et quelles sont les bases moléculaires et génétiques qui y contribuent ? Ces questions apparemment triviales sont particulièrement compliquées car nous savons encore peu de chose sur la biologie très originale de cette plante ornementale ligneuse, qui comporte plus de 30 000 variétés cultivées.

Dans notre région, l’Inra par l’intermédiaire de l’équipe morphogenèse Florale du Laboratoire Reproduction et Développement des plantes (Unité Mixte de Recherches INRA/ENS/CNRS/UCBL) à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, a mis en place des programmes de recherches scientifiques pour mieux comprendre la biologie du rosier. Des approches associant la génétique moléculaire et la génomique fonctionnelle ont permis de faire des avancées importantes sur la biologie de la rose :

  • Sur le mécanisme moléculaire de l’initiation et de la formation de la fleur, et en particulier le trait « fleur double », un caractère très recherché qui consiste à avoir des fleurs pouvant avoir jusqu’à 300 pétales
  • Nous avons  récemment décrypté le génome de la rose. Ce travail représente une base pour comprendre les mécanismes moléculaires et génétiques associés aux caractères et traits de la rose. Ces données aideront également à retracer le voyage du rosier à travers le temps depuis sa domestication par l’Homme
  • Le parfum des roses est complexe, composé de centaines de molécules odorantes. Nous avons identifié et caractérisé comment sont synthétisés les monoterpènes, des molécules qui contribuent beaucoup à l’odeur typique de rose. Ce travail publié dans la revue Science, a obtenu les félicitations de la communauté scientifique mondiale

 

Contact scientifique : Mohammed Bendahmane, Laboratoire RDP, ENS de Lyon

En savoir plus

Où est passé le parfum des roses ?

Quatre magnifiques documentaires très intéressants sur la rose sont en ligne sur le site de France culture. Dans l’épisode 3 interviennent des chercheurs de L’UMR RDP de Lyon.

https://www.franceculture.fr/emissions/series/ou-est-passe-le-parfum-des-roses-0