• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Focus sur quelques projets et actualités

Sommaire
  1. Introduction
  2. Pheno 3C : imposant !
  3. L'Herbipôle du Centre ARA
  4. La fusariose de l’épi surveillée au champ par imagerie
  5. Diabète de type 2: où en est-on aujourd’hui ? Les pistes privilégiées par la recherche
  6. Le point sur l’ostéoporose
  7. Etude prospective des filières viande de ruminants du Massif central à l’horizon 2050 - Les résultats
  8. Le projet Isite clermontois CAP20-25 et le projet Idex Lyon retenus par le jury international
  9. Vivons plus vieux en bonne santé !
  10. Les partenaires du Laboratoire d’Innovation Territorial grandes cultures  en Auvergne concrétisent leur collaboration
  11. D’où viennent les fleurs ? L’« abominable mystère de Darwin » s’éclaircit
  12. Systèmes d'élevage ALlaitant herbagers : Adapter le type génétique et MIXer les espèces pour renforcer leur durabilité? Le projet SALAMIX
  13. La newsletter du Centre Inra Auvergne-Rhône-Alpes
  14. Cartographier le risque associé aux maladies contagieuses
  15. LymeSnap : la science embarque le citoyen des Combrailles
  16. Un gène prometteur pour contrer le pouvoir reproductif des pucerons
  17. Le Centre Inra ARA publie son rapport d’activité 2018
  18. Les plantes au rythme des saisons : guide d'observation phénologique
  19. Amélioration du blé : privilégier la synergie blé – microorganismes
  20. Comment la lumière et le vent modèlent les arbres
  21. Les infrastructures de recherche sur les bovins embarquent en réseau européen !
  22. Les puces à ADN : un concentré de technologie
  23. Mieux emballer les fromages pour plus de goût
  24. Quand image et son dévoilent les poissons…
  25. Le génome de la rose décrypté : de l'origine des rosiers modernes aux caractéristiques de la fleur
  26. "Fort comme un ours"
  27. La viande, de l'élevage à l'assiette
  28. Arbres et ville : l’enjeu de la température
  29. Septoriose du blé : clonage et caractérisation du premier gène de résistance à Zymoseptoria tritici

Systèmes d'élevage ALlaitant herbagers : Adapter le type génétique et MIXer les espèces pour renforcer leur durabilité? Le projet SALAMIX

L'objectif de l'étude est de mettre à l'épreuve et comparer 3 systèmes d'élevage biologiques herbagers dont la finalité est de produire de manière autonome de la viande finie à l'herbe à partir de prairies permanentes

Mis à jour le 19/05/2017
Publié le 18/05/2017
Mots-clés :

  Systèmes d'élevage ALlaitant herbagers : Adapter le type génétique et MIXer les espèces pour renforcer leur durabilité. © Inra, UE Herbipôle
Systèmes d'élevage ALlaitant herbagers : Adapter le type génétique et MIXer les espèces pour renforcer leur durabilité © Inra, UE Herbipôle

 

Deux stratégies innovantes "en rupture" sont testées : le croisement d'une race rustique avec une race herbagère précoce et l'association de deux espèces animales (ovin et bovin allaitant). Trois systèmes sont expérimentés, qui utilisent l'une ou les deux stratégies innovantes : un système bovin spécialisé, un système ovin spécialisé et un système mixte associant bovins et ovins (60% et 40% des UGB respectivement). Ils mettent en oeuvre tous les trois un croisement entre une race rustique (Salers pour les bovines, Limousine pour les ovins) et une race herbagère précoce (Angus pour les bovins, Suffolk pour les ovins). Les trois systèmes font l'objet d'une évaluation multicritère sur plusieurs années : on suit les performances technico-économiques et environnementales, la santé et le bien-être des animaux, la qualité de la viande, l'organisation et la complexité du travail... Au total, la surface expérimentale est de 117 ha et le nombre d'animaux de 265 (35 vaches et 230 brebis). L'expérimentation a commencé en mai 2015 et devrait durer au moins 5 ans.

Le site expérimental a été converti à l'agriculture biologique. Les questions traitées sont plus prégnantes pour les systèmes d'élevage biologique, mais les résultats intéresseront également les systèmes d'élevage herbagers conventionnels qui sont questionnés sur leurs impacts environnementaux et leur niveau d'intrants.

Les systèmes testés se veulent naisseurs-engraisseurs. actuellement la majorité des systèmes bovins allaitant produit des broutards qui sont exportés et engraissés intensivement, ce qui interdit leur commercialisation en bio. De même, la majorité des systèmes ovins allaitant pratique l'engraissement en bergerie pour s'affranchir d'aléas climatiques et sanitaires. L'amélioration de la précocité permise par le croisement avec une race précoce pourrait permettre de réduire l'âge des jeunes bovins à l'abattage à environ 12 mois et donc de limiter la capitalisation et les risques induits, observés dans les modèles dominants. Abattre des bovins jeunes est un enjeu majeur si l'on veut encourager l'engraissement dans les systèmes herbagers de montagne.

Le fait de s'appuyer sur les services écosystèmiques pour permettre aux systèmes de rester productifs tout en dépendant moins des intrants alimentaires et médicamenteux constitue une rupture. L'association bovin/ovin pourrait réduire l'infestation parasitaire à travers un effet de dilution, car certains parasites sont spécifiques à une espèce animale. Pour la réussite du système, un certain nombre de verrous devront être levés, comme la commercialisation de ce type d'animal, la gestion intégrée du parasitisme, la gestion de l'herbe...

 

Contacts scientifiques : Sophie Prache (ovins) et Patrick Veysset (bovins), UMR Herbivores  / Pascal D'Hour, UE Herbipôle