• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Focus sur quelques projets et actualités

Sommaire
  1. Introduction
  2. Pheno 3C : imposant !
  3. L'Herbipôle du Centre ARA
  4. La fusariose de l’épi surveillée au champ par imagerie
  5. Diabète de type 2: où en est-on aujourd’hui ? Les pistes privilégiées par la recherche
  6. Le point sur l’ostéoporose
  7. Etude prospective des filières viande de ruminants du Massif central à l’horizon 2050 - Les résultats
  8. Le projet Isite clermontois CAP20-25 et le projet Idex Lyon retenus par le jury international
  9. Vivons plus vieux en bonne santé !
  10. Les partenaires du Laboratoire d’Innovation Territorial grandes cultures  en Auvergne concrétisent leur collaboration
  11. D’où viennent les fleurs ? L’« abominable mystère de Darwin » s’éclaircit
  12. Systèmes d'élevage ALlaitant herbagers : Adapter le type génétique et MIXer les espèces pour renforcer leur durabilité? Le projet SALAMIX
  13. La newsletter du Centre Inra Auvergne-Rhône-Alpes
  14. Cartographier le risque associé aux maladies contagieuses
  15. LymeSnap : la science embarque le citoyen des Combrailles
  16. Un gène prometteur pour contrer le pouvoir reproductif des pucerons
  17. Le Centre Inra ARA publie son rapport d’activité 2018
  18. Les plantes au rythme des saisons : guide d'observation phénologique
  19. Amélioration du blé : privilégier la synergie blé – microorganismes
  20. Comment la lumière et le vent modèlent les arbres
  21. Les infrastructures de recherche sur les bovins embarquent en réseau européen !
  22. Les puces à ADN : un concentré de technologie
  23. Mieux emballer les fromages pour plus de goût
  24. Quand image et son dévoilent les poissons…
  25. Le génome de la rose décrypté : de l'origine des rosiers modernes aux caractéristiques de la fleur
  26. "Fort comme un ours"
  27. La viande, de l'élevage à l'assiette
  28. Arbres et ville : l’enjeu de la température
  29. Septoriose du blé : clonage et caractérisation du premier gène de résistance à Zymoseptoria tritici

Pheno 3C : imposant !

Cette plateforme expérimentale d’envergure permettra d’accélérer la sélection de génomes performants de nombreuses espèces cultivées.

Mis à jour le 26/01/2017
Publié le 26/07/2016
Mots-clés :

Des progrès extraordinaires ont été réalisés ces dernières années sur la connaissance du génôme des espèces végétales cultivées. L’utilisation rapide et le transfert de ces données dans le champ de l’amélioration variétale reste toutefois lent, compte tenu de la difficulté et la somme considérable de travail exigées lors la caractérisation des plants, en perspective des plans de croisement.

Le projet PHENOME a permis de constituer un réseau national de plateformes de phénotypage, permettant l’observation et la caractérisation haut-débit de différentes espèces et à différentes échelles, de la plante à la parcelle.

La plateforme de phénotypage au champ sous contraintes climatiques appelée Pheno3C et installée sur le site de Crouël, près de Clermont-Ferrand, permet d’étudier les effets du stress hydrique et de l’augmentation de la teneur en CO2 dans l’air sur les espèces végétales d’intérêt agronomique. De par sa taille, le dispositif permet de se placer à une échelle pertinente pour analyser la performance agronomique des plantes (la microparcelle), et d’autre part d’étudier des panels de génotypes de taille compatible avec des approches de génétique et de sélection (de l’ordre de 200-250 génotypes).

Le dispositif comprend 4 abris mobiles de grande dimension (1200 m² de toiture par abri), permettant de soustraire automatiquement les parcelles expérimentales de la pluviométrie naturelle ; Un système d’irrigation de précision, couplé à des mesures de la teneur en eau du sol, permet d’appliquer aux cultures des scénarios de stress hydriques finement contrôlés. En prenant en compte les parcelles témoins, non couvertes par les abris et également irrigables, la plateforme permettra d’étudier chaque année 800 micro-parcelles de 2m², permettant une estimation suffisamment précise des caractères d’intérêt agronomique.

La caractérisation phénotypique des micro-parcelles peut se faire en utilisant des capteurs fixes ou mobiles (phénomobile) voire des passages de drones, les données récoltées permettant une analyse dynamique de la structure des peuplements et l’identification des dates d’apparition des stress.

Lors de sa première saison culturale (2015-2016), Pheno3C héberge un essai dans le cadre du Projet d’Investissement d’Avenir BreedWheat, coordonné par le Centre Auvergne Rhône-Alpes.

 

Vue de haut du dispositif qui permet de dicerner les 4 blocs "abrités" et les 4 blocs témoins. © Inra, Vincent Allard
Vue de haut du dispositif qui permet de dicerner les 4 blocs "abrités" et les 4 blocs témoins © Inra, Vincent Allard