Parcours gagnant par l’apprentissage

Apprenti à l’UMR CARRTEL (Inra Auvergne-Rhône-Alpes) depuis septembre 2014, pour un BTS Gestion et Maîtrise de l'Eau, Guillaume Lefebvre a été formé aux techniques de prélèvement en lac, à l’utilisation de sondes multi-paramètres et de filets, au pilotage de bateaux, etc. Des compétences rares qui lui ont permis de réussir un concours dans la foulée de ses études en apprentissage.

Mis à jour le 01/09/2017
Publié le 21/08/2017
Mots-clés :

. © Inra
© Inra

Ayant un grand intérêt pour l’eau, les poissons et les milieux aquatiques (la pêche est l’une de ses passions), Guillaume Lefebvre a commencé ses études supérieures par un BTS Aquaculture à Nevers. C’est à ce moment qu’il entend parler de l’Inra lors de son cursus de formation, car l’Inra est bien positionné dans le domaine des innovations en aquaculture. Cherchant des pistes pour poursuivre ses études, Guillaume repère l’offre d’apprentissage sur le site de l’Inra (Site web Inra national/rubrique Carrières et emplois/apprentissage), qui correspondait bien à ses aspirations de s’orienter vers l’étude des milieux aquatiques. Après un entretien, il s’engage alors dans le BTS Gestion et Maîtrise de l’Eau correspondant, en apprentissage sur deux années à l’UMR CARRTEL (Thonon-les Bains).

Guillaume a ensuite prolongé son apprentissage en Licence Pro Mesure Instrumentation et Métrologie pour l'Environnement en 2016-2017 afin de mieux appréhender l’utilisation des outils de mesure in situ, que ce soit dans l’eau, l’air ou le sol. Il a pu ainsi aborder de façon détaillée les protocoles de fonctionnement, les principes de base qui régissent les mesures physico-chimiques dans l’eau et les nécessaire notions de calibration et de justesse, indispensables dans les suivis environnementaux et de qualité des données. Des compétences précieuses pour répondre à certains besoins de l’unité d’accueil.

« Il y avait une part d’inconnu tout de même concernant la recherche. Au départ, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre » nous avoue Guillaume.

 

Se spécialiser dans un métier

Grâce à l’apprentissage il a pu se spécialiser dans un métier qui n’est pas très répandu aujourd’hui, avec l’acquisition de compétences particulières, notamment la maîtrise d’outils spécifiques dérivés de la recherche en océanographie : protocoles d’échantillonnage et des méthodes de mesure. L’apprentissage présentait aussi des avantages financiers pour les études non négligeables, car on est amené à naviguer entre deux lieux (lieu d’étude et entreprise).

« Mon  deuxième BTS était l’opportunité d’intégrer un réseau professionnel et de mettre réellement un pied dans la vie professionnelle. L’apprentissage est pour cela un bon compromis ». En pratique, en apprentissage, on alterne des périodes d’ 1 mois de cours et d’1 mois en entreprise. Sa troisième année en licence pro a été une façon d’acquérir des compétences plus spécialisées autour des méthodes de mesures et des capteurs. « Concrètement je participais au suivi sur les lacs et en interne je menais un projet plus personnel sur la mise en place d’un suivi métrologique des capteurs de données, dans le but d’assurer la qualité des données produites. La partie terrain permettait de valider ce qui est étudié en laboratoire ».

 

L’emploi au rendez-vous

Fort de ces acquis, Guillaume a candidaté ce printemps à un poste de Technicien pour l'échantillonnage en milieux naturels à IRSTEA Bordeaux. Reçu à ce concours, il continuera à échantillonner des milieux aquatiques, un peu plus salés que les lacs alpins, puisque les missions de sa prochaine équipe sont principalement centrées sur les suivis environnementaux de l’estuaire de la Gironde.  Son apprentissage lui a permis de se projeter dans la vie professionnelle. Ce qui a fait la différence au concours c’est l’expérience acquise pendant ces trois ans…

Un souvenir ? «  Le plus de ces trois années passées à l’UMR CARRTEL, c’est sans aucun doute la beauté des lacs alpins étudiés et de l’environnement : lac Léman, lac d’Annecy, lac du Bourget ». Un nouveau chapitre s’ouvre désormais pour Guillaume, et l’estuaire de la Gironde, c’est pas mal du tout aussi !

. © Inra, S Jacquet
© Inra, S Jacquet